La Soufrière  

Utilisez les contrôles ci dessus pour l'écoute de la musique de la page.

Aujourd'hui c'est un peu différent, nous devons nous lever tôt pour monter au sommet de "la Soufrière" (un volcan qui fait partie d’un ensemble volcanique composé des volcans Carmichaël, le Nez Cassé, l’Échelle, la Citerne et la Madeleine. C'est l’un des neuf volcans actifs des Petites Antilles).Il est appelé "La Découverte", et il culmine à une altitude de 1 467 mètres. C’est le plus haut sommet de la Guadeloupe et des Petites Antilles.

( la photo ci dessus vous montre la montagne que nous avons gravit,mais sans la pluie)

L'activité magmatique la plus récente a engendré la formation du dôme de la Soufrière il y environ 465 ans. Le volcan de la Soufrière est le seul volcan actif de la Guadeloupe (actuellement en état de repos éruptif).

Pourquoi la Découverte se diront certains? Alors un petit moment culturel. Ce volcan est né en 3 étapes

  • 200 000 à 42 000 ans : "phase Grande Découverte"
    La première, ou phase "Grande Découverte", correspond à la construction de l'appareil principal. Il est installé sur le flanc sud des pitons de Bouillante et du Sans Toucher. Cette première phase se traduit par une alternance d'épisodes laviques effusifs et d' épisodes pyroclastiques. Elle se termine par la mise en place d'importants dépôts ponceux de plusieurs km³ dits de Pintade. Elle est responsable de la formation de la caldeira de la Grande Découverte dont seul reste visible le rempart nord.
  • 42 000 à 11 500 ans : "phase Carmichaël"
    La deuxième phase, ou "phase Carmichaël", est celle de l'édification du massif du Carmichaël à dominante lavique à l'intérieur de la caldeira de la Grande Découverte . Elle est suivie de la destruction sommitale du volcan par deux éruptions catastrophiques il y a 11 500 et 3 100 ans. Ces deux éruptions sont caractérisées par l'écroulement des flancs du volcan et par des explosions dirigées (blast) entraînant d'une part deux coulées de débris et, d'autre part, la formation de deux cratères en amphithéâtre: le cratères Carmichaël ouvert vers l'ouest et le cratère Amic ouvert vers le sud.
  • de 8 500 ans à nos jours : "phase Soufrière"
    La troisième phase, ou "phase Soufrière", voit l'activité éruptive se localiser à l'intérieur ou sur les bordures du cratère Amic formé par l'épisode de la phase précédente. Trois éruptions magmatiques se succèdent : la mise en place du dôme Amic, la construction des cônes de scories de l'Echelle et de la Citerne et l'éruption de 1440 AD (redatée récemment à 1535 AD) qui donna naissance au dôme actuel de la Soufrière. Ce dernier a été, depuis cette date le siège de nombreuses éruptions phréatiques dont les plus intenses ont eu lieu en 1797-1798 et 1976-1977.

Les informations viennent du site de IPGP (Institut de Physique du Globe de Paris)   http://www.ipgp.fr

 

Alors pour y arriver avant la pluie et le flot touristique, ma chérie m'a demandé de mettre le réveil à 5h du matin. C'est mon domaine les communications! Or dans chacun des pays où je vais mon mobile se met normalement à jour. Sauf où? Ici... Normal quoi... Autrement les vacances ne seraient pas fun. Et comme il y a un décalage d'une heure entre nous la Guyane, et ici la Guadeloupe, nous dirons que nous étions largement à l'heure. Traverser l'île durant les congés à cette heure là du matin, pas de souci au niveau circulation. Le trajet fut rapide et nous aurons même eu le temps de faire une sieste dans la Peugeot 106 avant l'ascension. Il faut dire que le temps pluvieux ne donnait pas non plus envie de mettre le nez dehors.

Quoiqu'il en soit, nous sommes là et réellement décidés à gravir cette montagne de 1467 m., avec ou sans soleil!

     

 

... Enfin, ce sera plutôt sans, mais il fut dans nos coeurs! Amusons nous! Et malgré mes multiples talents de jongleur qui remue la bouteille en tous sens, l'eau prise chaude au départ de la promenade dans une source chaude aux Bains Jaunes, bassin situé au début du sentier, arrivera totalement froide au sommet. Je vous laisse deviner les températures.

 

 

1 ère étape, 1142 m. Il fait lourd et humide. Ca me rappelle chez nous. Pour nous qui voulions du changement, ça foire un peu!

 

   

Pour elle c'est facile, on ne peut pas en dire autant pour tout le monde.

  

 

Vous verrez ci dessous les conditions dans lesquelles s'est passée notre montée

2 ème étape: Nous arrivons en haut du sommet, certes avec des difficultés de souffle pour moi, mais ça fait tellement du bien en même temps...

Ci dessous

 "La Porte de L'Enfer"

Que ma Belle décidera de prendre et qui nous amènera à coté de ce site naturel, où nous avons failli ne pas passer, pressés par le vent qui soufflait et nous gelait les membres.

Des Ananas Montagne, totalement endémiques à ce coin de la Guadeloupe. Cette endémie s'explique sûrement par la présence du soufre.

Si Si, vous lisez bien, gaz toxiques...

Ci dessous quelques explications à froid

En fait le puits de la Soufrière est en réalité le Gouffre de "Tarissan"

et

celui où il y a beaucoup de végétation est celui de "Dupuy"

 

3 ème étape: Il fait froid, alors il est temps pour nous de redescendre et d'aller trouver ce que nous sommes venus chercher à l'origine: le soleil et les plages.

 

Et plus on avance, plus les couleurs reviennent... La température nous rassure alors et les touristes que nous croiseront auront bien peur en nous voyant totalement mouillés, transpirants, mais heureux de notre périple dont la récompense met en valeur notre sourire: le soleil, et l’eau bienfaisante de la mer qui nous attend ! On les regarde aussi, eux qui se promènent en tee-shirt avec la grand mère et leurs enfants en bas âge. Comme quoi il y a vraiment des inconscients sur terre. Je parlais de nous bien sur, nous qui avions oublié notre grand mère et nos enfants. lolll

  

Chouettes les couleurs!

   

Ca y est , nous sommes arrivés au niveau de la mer, nous pouvons nous mettre en maillot de bain. Ahhh qu'il est bon de rouiller sur la plage après ces efforts bien matinaux.

Vous ne verrez pas ici les moments de sport, mais nous avons aussi eu droit à la natation. Nage, crawl, brasse, au dessus de et sous l'eau etc.... et plein de bisous en restant à la surface. Alors je peux vous affirmer que les jambes, c’était ok, mais que les bras n’étaient pas en reste.

 

Mais c'est tellement bon de pouvoir être aux abords de ses lèvres.

Je vous cache pas qu'elle a un peu de mal à me suivre. mdr...

    

 

Alors elle sait trouver les mots pour me réconforter:

"Un resto, ça te dit?"

Yes, ça tombe bien, j'ai un petit creux...

 

Alors régalons nous, voici notre repas du jour... des "ouassous" ( petites chevrettes, plus exactement des grosses écrevisses d'eau douce )et des "langoustes".

                             

 

  

Pourquoi des écrevisses? Ca va pas? J'ai "sporté" toute la journée, alors au moins une langouste!

     

 

Nous deux, tranquilles, heureux, nous attendions avec impatience ce moment magique entre notre assiette et notre palais, pour couronner cette belle journée. Pour être plus précis, nous attendions surtout ce que vous voyez dans l'assiette, soient les langoustes, bien sur.

  

    

   

Même le dessert devenait soutenable... Je vous assure, moi qui ne suis pas dessert je l'ai apprécié avec une grande vigueur.

Un tour de magie fait par moi même sur les conseils de ma Chérie.... lolll

 

Nous voila rassasiés, rentrons... avec notre Peugeot 106 (tout terrain pour les non connaisseurs).

La preuve...

  

Chassé le naturel, il revient au galop...

 

  Musique de la page que l'on peut écouter  Elle - Melissa

                          

Visite Pointe Noire, Réserve de Cousteau   Jardin de Deshaies, Direction Marie Galante

Accueil Guadeloupe